OLIVIER BOISSON

Olivier Boisson publie ses premières bandes-dessinées à l’époque du lycée dans un fanzine, « Gélule », qu’il vend avec ses camarades dans les toutes premières rencontres de B.D, qui deviendront peu après le Festival d’Angoulême. Grâce à une subvention maternelle, il fait imprimer en affiche l’un de ses dessins. La librairie des éditions Futuropolis lui achète la moitié de son stock. Fort de ce succès, il abandonne les « petits Mickeys » pour des études sérieuses (École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, à Paris) et, sans tout à fait mettre de côté le dessin ni l’envie de raconter des histoires, passe près de quarante années à réaliser des sculptures pour des spectacles ou des événements : la Comédie Française, l’Opéra de Paris, la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent, Warner France ou même les Galeries Lafayette et la Foire du Trône seront parmi ses donneurs d’ordre. Il collabore avec des artistes internationaux comme Robert Wilson, Philippe Genty, Bartabas (Théâtre équestre Zingaro), Helmut Newton… et participe récemment à la réalisation de deux expositions (« Spirou, un héros dynamique » et « Uderzo in extenso ») pour… le Festival d’Angoulême.

En 2016, il sort "La Brume t'emportera", un polar de la collection Art Noir chez Cohen&Cohen.